Accueil > "L’enjeu scolaire" aux Editions La Dispute > Les sociologues, l’école et la transmission des savoirs. Dix ans après. (...)

Les sociologues, l’école et la transmission des savoirs. Dix ans après. Jérôme Deauvieau et Jean-Pierre Terrail

samedi 25 février 2017, par Jérôme Deauvieau

Auteurs : Jérôme Deauvieau et Jean-Pierre Terrail.
Date de parution : février 2017.
ISBN : 9782843032844
Prix : 26 euros.

Commander l’ouvrage :
https://ladispute.atheles.org/ecolepedagogie/lessociologueslecoleetlatransmissiondessavoirsdixansapres

Présentation

La sociologie de la transmission des savoirs a produit des œuvres fortes mais ponctuelles, qui n’ont jamais donné naissance à une tradition de recherche continue et cumulative. On n’avait jamais cherché jusqu’ici à en proposer une vision d’ensemble.

Les deux premières parties de l’ouvrage présentent huit contributions de chercheurs anglais et français. Si la liste des auteurs retenus ne prétend pas à l’exhaustivité, l’importance scientifique et la représentativité de ceux qui figurent dans ce recueil est peu contestable : Basil Bernstein, Michael F. D. Young, Nell Keddie, Pierre Bourdieu, Viviane Isambert-Jamati, Lucie Tanguy, Bernard Lahire, Elisabeth Bautier et Jean-Yves Rochex. La troisième partie consacre à ces auteurs des notices biographiques conçues comme autant de coups de projecteur sur l’histoire de la sociologie de la transmission des savoirs. Complété par une liste de références bibliographiques, cet ouvrage a d’abord été publié en 2007.

Une décennie plus tard, les raisons de l’entreprise perdurent, et appelaient une réédition. Comprendre comment les apprentissages scolaires en viennent à échouer est une exigence qui s’impose plus que jamais. La vitalité d’une discipline de recherche qui interroge dans leur réalité la plus factuelle les pratiques de transmission et les processus d’apprentissage, aux côtés de celles qui s’orientent principalement vers l’édiction de normes, telles la pédagogie et la didactique, reste en ce sens cruciale. Il importe toujours autant d’en faire connaître le patrimoine et d’en favoriser l’appropriation par les jeunes générations de chercheurs et d’enseignants.